Maladies des poules

Coccidiose poule : quels traitements pour la soigner et l’éviter

Quels anticoccidiens en préventif

Coccidiose poule : quels traitements pour la soigner et l’éviter
3.7 (73.33%) 3 votes

Les coccidioses sont les maladies parasitaires que l’on retrouve le plus souvent Traiter la coccidiose des pouleschez les volailles quelle que soit la région ou le type d’élevage.

Il existe plusieurs formes de coccidiose. Les agents infectieux provoquent des pathologies intestinales pouvant conduire à la mort si elles ne sont pas traitées à temps.

Ces espèces de coccidies aviaires, appartiennent au genre Eimeria, parasites intracellulaires (vivant à l’intérieur des cellules).

Les principales coccidies des volailles sont les suivantes :  E. acervulina, E. necatrix, E. maxima, E. brunetti, E. tenella, E. mitis, E. praecox

En temps normal, quand leurs défenses immunitaires fonctionnent bien, les coccidies ne posent aucun problème aux poules. Elles commencent à poser problème quand leur nombre devient trop important et quand les poules sont affaiblies par un mauvais état général.

Nous allons voir comment reconnaître les symptômes de la coccidiose et comment l’éviter dans votre petit élevage familial de poules.

Coccidiose : causes et transmission de la maladie

Il convient tout d’abord de rechercher la cause dans l’environnement de vos poules.

  • Le manque d’hygiène au poulailler (nettoyages pas assez fréquents).
  • Le manque de terrain (il faut compter au minimum  20 m2 par poule).
  • Une alimentation peu variée.
  • Le stress.
  • L’affaiblissement dû à d’autres pathologies.

Tous ces éléments sont autant de facteurs susceptibles de dérégler l’état intestinal de vos poules et déclencher chez elles une coccidiose.

En plus de tous ces paramètres, un temps doux et humide favorise également l’apparition de la maladie.

Colonisation des coccidies

En fonction de l’espèce d’Emeria concernée, les parasites colonisent une région précise du tube digestif de la poule. Agents pathogènes des coccidisesSelon cet emplacement, mais également en fonction de l’âge du sujet atteint et son état immunitaire, le diagnostic de la maladie peut être plus ou moins grave  :

• E. acervulina : modérément pathogène. Les lésions se localisent dans l’intestin grêle surtout
au duodénum. Les lésions sont causées par les oocystes.

E. necatrix : rare mais très pathogène. Les lésions se localisent en fin de duodénum jusqu’au
milieu de l’iléon. On l’appelle aussi la « coccidiose chronique ».

• E. maxima : modérément pathogène. Les lésions se localisent de la fin du duodénum au
milieu de l’iléon. On trouve du mucus orangé et une distension des anses, un épaississement
de la paroi, des pétéchies, parfois du sang.

E. brunetti : modérément à fortement pathogène. Les lésions se localisent à la fin de l’intestin
grêle et au rectum. Dans les cas sévères, on peut observer des lésions dans tout l’intestin,
des pétéchies et de la nécrose de la muqueuse, avec parfois du sang et des cylindres
nécrotiques.

E. tenella  : la plus pathogène. Les lésions sont localisées dans les caeca, remplis de sang, pouvant se rompre ou être gangréneux.  La mortalité est souvent élevée.

• E. mitis : peu pathogène. Les lésions sont dans la 2e moitié de l’intestin grêle. Il n’y a pas
de lésions macroscopiques, mais on observe la présence de mucus.

E. praecox : peu pathogène. On note des cylindres de mucus dans le duodénum.

Une analyse des fientes réalisée auprès d’un laboratoire vétérinaire contribuera à détecter le bon agent pathogène.

Transmission de la coccidiose entre poules

La coccidiose se transmet d’une poule à l’autre, le plus souvent par les fientes qui contaminent le terrain.

Mais elle peut aussi être transmise indirectement par du matériel d’élevage souillé et infesté ou encore par des insectes type ténébrions porteurs de nombreuses maladies au poulailler.

La rotation des parcours, permet d’éviter ce type de problème en permettant au terrain de se nettoyer, à l’herbe de repousser et enfin aux ressources naturelles de se renouveler.

Lire notre article complet sur la rotation des parcours › Comment mettre en place une rotation des parcours

Symptômes de la coccidiose

Fiente poule avec traces de coccidiose
Photo source www.thefarmerslamp.com

Les symptômes de la coccidiose diffèrent selon l’agent infectieux responsable, aussi il est possible de passer à côté  de la maladie sans analyse vétérinaire.

Cependant, ces deux symptômes doivent vous alerter et laissent suspecter une coccidiose :

  • Un amaigrissement important du sujet
  • Une diarrhée hémorragique avec traces de sang dans les fientes

À ces deux signes cliniques, s’ajoute bien souvent un état de prostration quasi permanent.

Traitements et prévention de la maladie

Le traitement chimique fait appel à des anticoccidiens, des produits de synthèse ou des ionophores : toltrazuril (Baycox), sulphonamides, amprolium (Némaprol) distribués dans l’eau ou l’alimentation. À voir avec votre vétérinaire.

Traitements naturels contre la coccidiose

Traitement préventif coccidioseDès qu’on aperçoit les premières traces de sang dans les fientes, il est possible d’assainir l’état intestinal en distribuant dans l’eau de toutes vos poules l’équivalent d’une cuillère à soupe de vinaigre de cidre bio non pasteurisé pour 1 litre d’eau pendant 5 à 7 jours.

Le vinaigre acidifie le milieu gastrique et détruit le développement des coccidies.

Michel Audureau préconise ceci : «On poursuit généralement le traitement par une cuillère à café par jour d’huile de pépin de courge, pendant 15 jours. Ce complément permet de cicatriser les parois intestinales mises à mal.»

Pour les mêmes raisons, il conseille également de laisser de l’argile à disposition aux poules ou éventuellement de la mélanger à des pâtées.

Vaccins

Il existe des vaccins contre la coccidiose administrés aux poussins par les éleveurs. Il convient de vous renseigner afin de savoir si vos poules ont été vaccinées ou pas contre la coccidiose.

Attention, tout traitement anti-coccidien ultérieur, même avec le vinaigre, rend le vaccin inopérant.

Agir en prévention pour éviter l’infestation

Comme nous nous l’avons vu au début de cet article, la qualité de l’environnement est primordiale pour éviter uneGuide pour prendre soin de ses poules infestation aux coccidies.

Si on fait vivre trop de poules dans un milieu restreint, si leur alimentation est inadaptée à leurs besoins, alors on court le risque de développer des pathologies diverses dont la coccidiose.

Dans mon guide Soins des poules et petits remèdes naturels, je propose un protocole à mettre en place tout au long de l’année pour aider nos poules à conserver un bon état immunitaire afin de mieux lutter contre les maladies et les parasites › Soins des poules

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser dans la zone de commentaires tout en bas de cette page.

Sources

Avicampus

Le guide complet de l’éleveur amateur – Hervé Husson

La petite encyclopédie de la poule et du poulailler – Michel Audureau

Mes poules en bonne santé – Jeanne Brugère-Picoux

Coccidiose poule : quels traitements pour la soigner et l’éviter
3.7 (73.33%) 3 votes

À lire aussi sur les maladies des poules

 

Les maladies les plus courantes

 

3 guides pour élever vos poules sans stress

Les traitements et remèdes naturels

 

Élever des poules | Races de poules | Maladies | Le poulaillerComportement | Les œufs | Faq | Livres

 

Poule's Club

Éleveuse familiale de poules depuis 2011, passionnée d'animaux et de nature, j'ai la chance de pouvoir allier mes connaissances en informatique à mes passions. Sur Poule’s Club, nous partageons avec vous l'expérience acquise au fil des années et les échanges que nous avons avec certains éleveurs professionnels. Je pense en particulier à Michel Audureau, qui a eu la gentillesse de nous transmettre son savoir.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Bouton retour en haut de la page