Le poulailler

Poulailler en bois ou poulailler en plastique, lequel choisir ?

Dans un précédent article nous avons énuméré tous les avantages d’un poulailler en plastique.Choisir entre un poulailler en bois ou un poulailler en plastique

Pour y voir plus clair et vous aider à choisir, voyons maintenant les principales différences entre un poulailler en bois et un poulailler en plastique.

Vous allez voir qu’elles sont nombreuses et que cela vaut le coup d’y penser avant de faire son choix définitif.

Le point sur le poulailler en bois

Le poulailler en bois existe depuis toujours ou presque. Qu’il soit acheté en kit ou construit soi-même, il est celui qu’on trouve pour l’instant le plus souvent dans les magasins spécialisés ou sur Internet.

Nos premières poules ont d’abord été logées dans d’anciennes soues à cochons. Mais parce que celles-ci n’étaient pas forcément faciles à entretenir, nous avons acquis un premier poulailler en bois en 2012 qui nous a servi pendant environ 2 ans comme « infirmerie » ou lieu de couvaison ; pour ensuite devenir le poulailler principal de nos poules naines.

À cette époque nous y avons trouvé des avantages (malgré un problème de toit), qui vont être énumérés ici. En effet, j’en ai parlé déjà dans d’autres articles, le toit s’est mis à gondoler au bout seulement de quelques semaines d’utilisation. Heureusement, le vendeur a été honnête et nous a renvoyé un nouveau toit.

Ensuite, au fil des mois d’utilisation sont apparus quelques inconvénients qui vont également être évoqués.

Avant de passer au poulailler en plastique, nous avons testé en 2015 un autre poulailler en bois de grande taille qui a fait l’objet d’un article ici › Le poulailler Vorwerck

Globalement, nous avons été plutôt satisfaits de ce poulailler, même si son confort n’a rien à voir avec celui de nos poulaillers actuels (Eglu Cube et Eglu Go Up).

Nous l’avons d’ailleurs cédé au printemps 2017 à des éleveurs débutants ravis de leur acquisition.

Les avantages du poulailler en bois

Le premier avantage est sans conteste son prix. C’est d’ailleurs bien souvent la raison principale qui fait qu’on se tourne en premier vers ce type de poulailler. Malheureusement, sans se poser assez de questions sur le produit.

Ensuite vient la diversité des modèles : taille et aspect. Certains petits poulaillers pouvant accueillir 3 ou 4 poules sont esthétiquement très jolis comme certains de ces modèles › Modèles poulaillers

On trouve également des poulaillers en bois dont la capacité d’accueil peut aller jusqu’à plus de 10 poules comme ces autres modèles › Poulaillers jusqu’à 10 poules et plus

Les inconvénients du poulailler en bois

Comme cela a été évoqué un peu plus haut, c’est au fil des mois de son utilisation que sont apparus les inconvénients de notre petit poulailler en bois.

En échangeant avec d’autres éleveurs familiaux ayant eux aussi adoptés le bois, il s’avère que les mêmes constations reviennent régulièrement.

En voici un aperçu :

La plupart des modèles en bois sont fabriqués dans un bois d’une épaisseur de 10 mm, ce qui s’avère insuffisant tant au niveau de sa solidité, qu’au niveau de son étanchéité. Idéalement il faudrait une épaisseur d’au moins 12 mm. Cependant, même avec 12 mm, on ne peut éviter les problèmes dûs à l’humidité.

Toit de poulailler abîmé
Exemple de toit qui a gondolé avec l’humidité

Même les bois dits « résistants » s’abîment au fil des mois, entraînant une dégradation lente des lattes qui  finissent par gondoler ou se détacher.

Malheureusement, l’obligation d’entretien annuel ne change rien dans le temps à cet état de fait. Le bois se détériore doucement malgré la lasure qu’on applique une fois par an pour minimiser les dégâts occasionnés par la pluie et l’humidité ambiante.

De plus, les lasures employées sont rarement compatibles avec la santé de nos poules.

Manque de sécurité. En ce qui concerne les ouvertures et plus particulièrement la porte, elle est bien souvent de qualité moyenne, et trop facilement violable par un prédateur comme la fouine ou le renard. Le bois qui la compose est en contreplaqué et seulement maintenue par un simple crochet facile à arracher par ces animaux.

Il en est de même pour le pondoir extérieur. Pas assez sécurisé, il est une porte d’entrée idéale pour les prédateurs. Nombre d’éleveurs familiaux sur les réseaux sociaux rapportent et témoignent de la destruction de leur poulailler en bois par des renards. Quand cela arrive, l’intrusion se fait très souvent par le dessous ou par le pondoir extérieur. En s’acharnant un peu sur les lattes de bois mal jointes et peu épaisses et sur les fermetures trop fragiles à l’aide de leurs dents et de leurs griffes, il est facile pour un renard ou une fouine de s’introduire dans un poulailler en bois.

Concernant l’hygiène, les poulaillers en bois sont remplis de coins et de fentes, véritable aubaine pour les poux rouges qui peuvent s’y installer facilement.

Se débarrasser des poux rouges est un véritable combat qui peut durer des mois, voire des années. Le problème des poulaillers en bois, est qu’ils offrent aux poux rouges un lieu idéal pour  se développer, sans que vous ne vous en rendiez compte, ceci avant des mois quelquefois.

Les recoins, les interstices, les fentes sont leurs lieux privilégiés. Une fois que vous vous en êtes aperçus, c’est déjà qu’ils sont des milliers à venir attaquer vos poules la nuit.

Le confort est également un point important dont il faut tenir compte. Trop de courants d’air, trop d’humidité créent une ambiance inconfortable pour nos poules, ce qui peut causer stress et maladies. Rhumes pendant l’hiver, coryza… un tel lieu est propice à tous ces désagréments.

Cependant, on peut peut-être éviter une majorité de ces problèmes en construisant son poulailler en bois soi-même (voir le livre : 12 modèles de poulaillers à construire soi-même de Hervé Husson ici).

Cela permet de renforcer la sécurité sur certains de ces points. Bien évidemment, cela augmente considérablement le prix de son poulailler.

Pour finir, tous ces éléments négatifs font que la durée de vie d’un poulailler en bois est forcément réduite : jusqu’à 5 ans si tout va bien, voire moins. Et ceci seulement si vous prenez la peine de l’entretenir, de le lasurer tous les ans, voire deux fois par an, et de changer le toit si besoin.

Résumé

Le poulailler en bois est fragile, propice aux maladies respiratoires pour nos poules, peu résistant aux intempéries, pas assez sécurisé et a une durée de vie trop limitée.

Cependant, son prix est correct et on trouve de nombreux modèles au look sympa.

Où trouver un poulailler en bois ?

Vous trouverez de nombreux modèles de poulaillers en bois sur le site Amazon › ICI

Le point sur le poulailler en plastique

Les avantages du poulailler en plastique

LA SÉCURITÉ

La sécurité est un des points les plus importants. Les poulaillers en plastique sont solides et résistants aux attaques de prédateurs.

Avec un poulailler en plastique, le risque d’intrusion par un prédateur quel qu’il soit, est inexistant.

Le système de fermeture très performant et la robustesse de l’ensemble ne permettent aucune possibilité d’intrusion. La porte de devant comme celle de derrière, sont équipées d’un système d’ouverture/fermeture inviolable comme vous pouvez le voir sur ces deux photos :

Arrière poulailler sécurisé
Arrière du poulailler
Système de fermeture inviolable
La poignée pour ouvrir et refermer la porte

L’HYGIÈNE : AUCUN RISQUE DE POUX ROUGES

L’hygiène est également un élément essentiel à prendre en compte dans un petit élevage familial. Comprendre cela, évite bien des problèmes et toutes sortes de maladies.

Le poulailler en plastique de par sa conception et sa facilité de nettoyage, répond parfaitement à cette attente.

Que vous choisissiez d’utiliser de la litière ou pas sur la partie perchoirs, le poulailler en plastique, permet de minimiser les maladies et parasites, tout particulièrement les poux rouges, dont nous avons parlé un peu plus haut.

Les poulaillers en plastique sont dépourvus de coins et de fentes. Les poux rouges ne peuvent pas s’y cacher pour venir se nourrir du sang de vos poules la nuit, ce type d’habitat ne leur convient pas.

L’ENTRETIEN : FACILE ET PLUS DE LASURE

Vous le savez l’entretien du poulailler est essentiel pour procurer à vos poules un environnement sain, garant de leur bonne santé.

Il faut le nettoyer régulièrement et le lessiver.

Avec le poulailler en plastique, toutes ces actions rébarbatives sont inutiles car pas besoin de lasurer un poulailler en plastique !

De plus, le nettoyage ou le lessivage se font en quelques minutes ; soit avec une éponge et un produit naturel comme le savoir noir, soit à l’aide d’un jet d’eau ou d’un jet haute pression.

Le poulailler en plastique ne s’abîme pas au fil des mois. On peut le garder propre facilement en le nettoyant régulièrement d’un simple coup d’éponge (seulement quelques minutes à chaque fois).

LE CONFORT

Parlons maintenant des avantages d’un poulailler en plastique pour vos poulettes.

Tout d’abord le confort. Par confort j’entends : environnement sain, sans humidité ambiante.

Grâce à un système d’aération performant pour éviter les courants d’air dans le poulailler, vos poules ne souffriront plus de l’humidité cause de nombre de maladies respiratoires et autres problèmes dûs aux acariens, comme la gale des pattes.

Ma crainte était la chaleur en été, mais il s’avère que ce n’est pas du tout le cas. Ainsi, même par forte chaleur, la température intérieure reste correcte et n’est pas excessive comme je le craignais. Attention cependant, le poulailler en plastique doit être, quoiqu’il arrive, comme le poulailler en bois, installé à l’ombre. Dans le cas contraire, il est évident que la température intérieure serait excessive.

Double isolation pour un poulailler frais en été

Photo Omlet

Un poulailler frais en été et chaud en hiver

En été, nos poules resteront au frais dans un poulailler en plastique de chez Omlet grâce au système de ventilation ingénieux spécialement étudié pour éviter les courants d’air dans le poulailler lorsque celles-ci sont à l’intérieur.

En hiver, nos poules seront au chaud. En effet, il est équipé de parois à double isolation, disposant des mêmes propriétés que les doubles vitrages.

LA LONGÉVITÉ

Pour finir, parlons de la durée de vie du poulailler en plastique.

Mathieu me rapporte que les premiers poulaillers commercialisés par Omlet ont 13 ans en 2017, et sont toujours en activité.

Cela vous donne une idée du temps que l’on peut garder ces poulaillers !

Les inconvénients du poulailler en plastique

Son prix peut paraître élevé à côté de celui des poulaillers en bois. Cependant, sa durée dans le temps est nettement supérieure, il faut donc le considérer comme un achat sur le long terme, et c’est dans cette optique que des économies seront réalisées.

On peut regretter également le peu de diversité dans les modèles et dans la capacité d’accueil. Notre plus grand poulailler en plastique ne peut accueillir que 6 grands poules environ maximum.

Résumé

Avec le poulailler en plastique, terminé la lasure annuelle. Son entretien est facilité grâce à son revêtement lessivable.

Les poules bénéficient d’un environnement sain, exempt d’humidité, chaud en hiver et frais en été.

Le risque d’invasion des poux rouges est écarté.

Le poulailler en plastique est 100 % sécurisé.

Sa durée de vie dépasse les 10 ans sans aucune dégradation.

Poulailler en plastique : 100 % recyclable, polyéthylène UV stabilisé, revêtement de poudre en acier.

Où trouver un poulailler en plastique ?

Le site Omlet est la référence des poulaillers en plastique de qualité ›  Omlet

Pour conclure

Pour avoir testé le poulailler en bois et le poulailler en plastique, il est certain qu’on ne peut pas avoir de la qualité et un produit résistant au temps sans y consacrer un certain prix.

Le bois est un beau matériau et compatible avec l’environnement de nos poules mais malheureusement, pour des questions économiques, la qualité est rarement au rendez-vous.

Le poulailler dit « pas cher » n’est pas fait pour durer ; il faudra le renouveler relativement rapidement. Sans compter que pendant ce laps de temps où il sert de logement aux poules, il peut devenir inconfortable et dangereux pour leur santé.

Longtemps adepte du poulailler en bois, je suis enchantée de cette transition au poulailler en plastique pour toutes les raisons évoquées dans cet article.

Bien évidemment, l’investissement n’est pas le même, mais on s’y retrouve largement dans le temps et nos poulettes aussi 🙂

Tags

Poule's Club

Éleveuse familiale de poules depuis 2011, passionnée d'animaux et de nature, j'ai la chance de pouvoir allier mes connaissances en informatique à mes passions. Sur Poule’s Club, nous partageons avec vous l'expérience acquise au fil des années et les échanges que nous avons avec certains éleveurs professionnels. Je pense en particulier à Michel Audureau, qui a eu la gentillesse de nous transmettre son savoir.

Cot Cot qui pourraient vous intéresser aussi

5 Cot Cot sur “Poulailler en bois ou poulailler en plastique, lequel choisir ?”

  1. Bonjour Isabelle 🙂
    Mon problème de coq (huppe) étant en passe d’être résolu (ça pousse, ça pousse^^); surgit un autre problème : que faire de ma poulette blanche un peu neuneu ? Pour l’instant je la transfère dans le parc n°2 quand je lâche le coq ; mais c’est l’affaire de 3 h avant la nuit où elle dort avec les autres. Le coq est destiné à rejoindre le groupe à court terme définitivement ; Bianca s’ennuie déjà toute seule dans son parc, si elle doit rester y en permanence elle va déprimer 🙂
    Donc j’ai pensé lui trouver une poulette et installer un petit poulailler pour 2/3 poules, d’où poulailler plastique ce serait parfait.
    J’ai pas vu tous les modèles, mais l’échelle ne lui conviendrait pas.
    Autre question : quel genre de compagne lui trouver ? Jeune ou adulte ?
    J’ai pensé la donner mais elle est vraiment spéciale, timide et maladroite à cause de ses ailes toujours sans rémiges, « bouc émissaire » en puissance. Ou alors donner le coq, mais personne ne veut de coq, tout le monde en a déjà soit un soit trop 🙂
    Merci.
    Cordialement,

    1. Bonjour Flore, la poulette dont vous parlez c’est Bianca ? Il est possible de la laisser avec les autres dans un filet par exemple. Elle sera seule dedans mais verra les autres. Il arrive que des individus pour une raison qu’on ignore ne sont pas faits pour vivre avec leurs congénères (c’est vrai pour toutes les espèces). Peut-être cette poulette est mieux seule (la notion de déprime est à interpréter avec modération dans ce cas)…Personnellemnt c’est ce que je ferai dans un premier temps 🙂

      1. Bonjour Isabelle
        J’étais centrée sur le poulailler plastique, je n’ai pas détaillé le comportement de Bianca (oui la blanche, tjrs la même ^^) ; depuis le temps que dure cette situation qui a pu perdurer du fait que je mettais le coq séparé des poules du soir jusqu’au lendemain début d’AM, je ne m’étais pas penchée sur l’épilogue.
        Je ne peux pas continuer à le mettre à part il faut qu’il rejoigne son harem.
        Bianca est très sociable et heureuse avec ses compagnes et de moins en moins contente quand je veux l’extraire du parc, elle se débat à présent et souvent je la lâche en extérieur, au risque d’une intrusion canine tjrs possible.
        Dans son parc personnel elle bouge à peine et n’y circule pas, elle attend que je vienne la chercher -c’est du moins l’impression qu’elle donne, statique et tournée vers la maison, le parc étant en façade).
        D’où mon idée de l’installer à demeure avec une copine.
        Le poulailler Omlet sans le parc est parfait, le petit.
        Donc je repose ma question : une jeune poule, pour que Bianca soit la dominante ? Elle a 2 ans environ.
        Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *