Cot Cot à Ne Pas Manquer 


Vermifuges › Pourquoi et comment
L’enclos sécuriséUn bon compromis
PrédateursComment protéger ses poules
Couveuse automatiqueBien la choisir
Poulailler en plastique › Tous les avantages
L’huile de cade vraieIndispensable au poulailler
Problème de ponteAttention à l’alimentation
PDF GRATUIT  › Les 5 erreurs à éviter
Terre de diatoméeBien la choisir
Coccidiose poule Traitement
OFFRE 4 Ebooks PDF  › Téléchargement Libre Ici
Maladies des poules

Pododermatite, abcès, bumblefoot chez la poule – Traitement




Dans notre article sur les causes de boiterie chez la poule, nous avons évoqué la pododermatite. On trouve cette pathologie sous d’autres appellations comme : abcès ou bumblefoot. Souvent évoquée sur les forums, elle est assez présente dans les élevages familiaux mais encore plus dans les élevages professionnels. Très douloureuse, la pododermatite doit être traitée à temps, au risque de dégénérer vers une infection susceptible d’entraîner la perte des doigts voire même une septicémie.

Nous allons voir tous les stades de son évolution, ses symptômes et le traitement naturel possible si votre poule n’est pas encore trop atteinte.

Qu’est-ce que la pododermatite ou bumblefoot chez la poule ?

La pododermatite est une infection bactérienne et une réaction inflammatoire touchant les pattes des volailles.

Elle est causée par des bactéries :

Les bactéries pénètrent par une blessure à la patte et provoquent des kystes. Elles peuvent se trouver dans n’importe quelle zone  de la patte et sont capables de pénétrer dans les articulations, provoquant aux sujets atteints une douleur intense.

À son tout début, elle se traduit par l’apparition d’une tache sous le dessous de la patte, qui a tendance à plus ou moins s’agrandir, en fonction des conditions de l’élevage.


Promo
Filet volailles non Electrifiable  112 cm 25...
441 Commentaires
Filet volailles non Electrifiable 112 cm 25...
  • pour poules, oies, dindons etc. ... également adapté aux agneaux
  • maille particulièrement serrée dans la zone inférieure du filet
  • hauteur 112 cm connexions soudées fil supérieur renforcé piquets PVC robustes et visibles

Elle peut toucher l’une ou les deux pattes du coq ou de la poule, et peut provoquer des lésions sévères.

Quelles sont les causes de la pododermatite ou bumblefoot ?

Le plus souvent, la pododermatite ou bumblefoot chez la poule est causée par les bords carrés et/ou tranchants des perchoirs, ainsi que les bords rugueux des pondoirs, notamment ceux qui sont métalliques et préfabriqués.

Ces bords fins peuvent assez facilement causer des coupures sous les pattes des poules qui dégénèrent ensuite en infections.

Sol humide facteur aggravant mais pas déterminant

Contrairement aux idées reçues, un sol humide à lui seul n’est pas responsable de l’apparition de la pododermatite chez les poules, il s’agit d’un facteur augmentant les risques de l’apparition de l’affection lorsqu’il est associé à d’autres facteurs.

Les facteurs de risque entraînant des abcès ou bumblefoot

Voici les facteurs de risque susceptibles de créer abcès, pododermatite ou bumblefoot chez la poule.

  • La saleté et l’humidité des poulaillers.
  • L’accumulation de fientes dans la litière et un parcours trop restreint.
  • Un sol dur compact ou boueux.
  • Les malformations génétiques des pattes chez le poulet.
  • Une alimentation inadaptée est les carences en vitamines, et plus particulièrement la vitamine A.
  • Les combats et les agressions entre les coqs et les poules.
  • Les volailles trop grasses.
  • Les acariens des pattes.
Compléments en vitamines pour les poulesCliquer ici

Quels sont les symptômes de la pododermatite ?

La pododermatite se traduit par plusieurs symptômes :

  • Blessures aux pattes, écorchures et/ou décolorations. Ces symptômes évoluent au fur et à mesure que l’infection se développe.
  • Les pattes sont chaudes au toucher, et ceci est inhabituel chez eux.
  • Dans les stades avancés de la maladie, l’infection dégage une mauvaise odeur.
  • Une boiterie est très souvent constatée chez les poules atteintes de pododermatite.
  • Aux derniers stades, la pododermatite ulcéreuse peut se propager aux articulations et aux os.

Évolution de la maladie : les différents stades

Sur cette photo on voir clairement l’évolution de la maladie, de la simple tache à peine colorée à la formation de l’abcès :

Stade 1 – Le début d’une pododermatite, abcès ou bumblefoot se caractérise par une coloration brillante sous la patte, un peu comme une excroissance.

Stade 2 – Au stade suivant, une plaie commence à se former au centre. Il s’agit du début de l’infection mais il n’ y a pas encore de réel gonflement de la patte.

Stade 3Formation de l’abcès. L’enflure sera visible sous la patte mais vous ne remarquerez peut-être pas encore de boiterie. Des tissus nécrotiques ou morts sont présents. À ce stade une odeur forte peut se dégager de l’abcès.

Stade 4 – Infection et gonflement des tissus et des structures de la patte comme les tendons, les articulations et les os. Il s’agit maintenant d’une plaie chronique qui ne guérira pas d’elle-même.

Stade 5 – Infection permanente et invalidante de la patte. L’infection peut être si grave qu’elle se propage par la patte et peut être vue de dessus comme de dessous.

Comment identifier la pododermatite, abcès ou bumblefoot chez une poule

Afin d’identifier la maladie chez une poule, dans un premier temps, il est nécessaire de procéder à une inspection de ses pattes, à la recherche de petites blessures ou coupures sur la peau, d’odeur suspecte.

À un stade plus avancé de la maladie, la poule boite, si c’est le cas, il peut être judicieux de toucher la patte concernée et voir si elle est chaude au toucher, symptôme de pododermatite.

La pododermatite ulcéreuse à un stade avancé peut nécessiter une radiographie pour voir si l’infection s’est propagée aux articulations et aux os.

Traitement naturel de la pododermatite chez la poule

Le traitement dépend essentiellement de la gravité de l’infection. Lorsque la maladie est dans ses premiers stades, il faudra la traiter au plus vite à la maison, en ayant recours à des traitements naturels.

Aux stades 1 et 2, (peut-être 3), selon le cas, il est encore possible d’agir soi-même. La première chose à faire pour faciliter la procédure, est d’envelopper la poule atteinte dans une serviette afin de la plonger dans l’obscurité. Cela la calmera et évitera qu’elle ne se débatte trop.

On utilise du sel d’Epsom (composé naturel de magnésium et de sulfate) pour assouplir la peau et soulager la douleur. Vous pouvez également l’utiliser pour votre bain, c’est un excellent relaxant.

Sel d’Epsom › Cliquer ici
  1. Nettoyer la patte atteinte et la tremper une dizaine de minutes dans de l’eau chaude (mais pas brûlante) additionnée de sel d’Epsom à raison d’une petite poignée de sel d’Epsom dans une petite bassine d’eau.
  2. Badigeonner la zone atteinte avec de l’argent colloïdal excellent antibiotique naturel et accélérateur de cicatrisation
  3. Protéger la patte avec un premier pansement hydrocolloïde ou du miel médical. Faire tenir avec une bande adhésive comme sur cette photo :
Patte de poule atteinte de pododermatite avec pansement
Photo source › www.cluckin.net

4. Répéter cette opération tous les 2 ou 3 jours jusqu’à temps que la zone atteinte disparaisse. Une goutte ou deux d’huile essentielle de lavande vraie (Lavandula angustifolia) sur les pansements peut aider à soulager la douleur et accélérer la cicatrisation.

Argent colloïdal Cliquer ici
Pansement hydrocolloïde Cliquer ici
Bandes adhésivesCliquer ici

Autre traitement naturel possible au stade 1, 2 ou 3 de la maladie

On peut également masser la zone avec un mélange d’huile végétale additionnée de quelques gouttes de Tea Tree, HE Tea tree ou Arbre à thé (Melaleuca alternifolia).

Il est aussi possible de rajouter à ce mélange quelques goutte de lavande vraie contre la douleur.

Huiles essentiellesPour des produits de qualité, il est recommandé d’acheter ses huiles essentielles  chez des vendeurs fiables. Je vous recommande ce site › Onatera
Avertissement : comme tout traitement, les huiles essentielles restent des principes actifs qu’il convient d’utiliser sans excès. Ainsi, augmenter la posologie recommandée par exemple, en pensant que cela soignera « mieux » ou « plus vite » peut se révéler particulièrement dangereux, voire mortel.
Important : Ces indications ne prétendent en aucun cas se substituer à un avis médical fourni par un vétérinaire, auquel il convient de se référer lorsqu’une maladie est détectée. Même si ces informations sont le fruit de mon expérience, les erreurs ne peuvent être totalement exclues car elles dépendent aussi de l’utilisation que vous en ferez.

Au delà du stade 3

Au-delà stade 3, la pododermatite, abcès ou bumblefoot doit être traité par un vétérinaire plutôt que de recourir à des méthodes naturelles. Celui-ci devra procéder à un curetage de la zone atteinte. Certains éleveurs le font eux-même mais sans précaution médicale, l’animal souffre et il y a un risque d’infection.

Cependant, les traitement naturels peuvent être utilisés à toutes les étapes comme mesures de soutien.

Si vous souhaitez tenter le traitement au sel d’Epsom même à ce stade

Il est aussi possible que même aux stades 3 et 4 de la maladie, la croûte ulcéreuse finisse par se détacher d’elle-même avec les bains à base de sel d’Epsom.

Dans ce cas soyez vigilant et désinfectez la plaie tous les jours.

Voyez ce témoignage ici › https://www.tillysnest.com/2015/12/non-surgical-bumblefoot-treatment-html




La pododermatite est-elle mortelle ?

Bumblefoot n’est pas systématiquement mortelle chez les poules sauf dans les cas extrêmes et non traités : les sujets atteints ne peuvent plus se déplacer normalement, accéder aux mangeoires ou vaquer à leur occupations quotidiennes : prendre des bains de poussière, parcourir l’enclos à la recherche de vers ou d’insectes, se percher etc.

La maladie peut tuer votre poule dans ces cas précis

  1. Les pattes sont si endommagées, infectées ou si douloureuses que la poule ne peut plus bouger pour manger ou boire.
  2. L’infection se propage ou pénètre dans l’os ou les articulations.

Comment prévenir la pododermatite, abcès ou bumblefoot ?

La prévention de la pododermatite reste le meilleur moyen d’éviter des traitements qui peuvent être longs et coûteux :

  • Veiller à ce que les perchoirs et les nichoirs soient arrondis.
  • Prévoir suffisamment d’espace pour que les poules et les coqs ne se battent pas.
  • Veiller à ce que le drainage du terrain soit efficace.
  • Ajouter une épaisse couche de sable dans les parcours en cas de boue.
  • Couper les ongles des poules si besoin et inspecter leurs pattes au moins une fois par mois.
  • Procéder à un traitement préventif contre les acariens (gale des pattes) avec de l’huile de cade par exemple › Huile de cade
  • Veiller à la propreté et à l’hygiène du poulailler.
  • Fournir des aliments équilibrés à vos poules afin d’éviter les carences en vitamines.

Sources

http://www.poultrydvm.com/condition/bumblefoot

https://www.backyardchickencoops.com.au/blogs/learning-centre/signs-symptoms-and-treatments-for-bumblefoot-in-chickens




Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter gratuite

À lire aussi sur les maladies et soins des poules

Les maladies les plus courantes

 

Les traitements et remèdes naturels

 

AccueilÉlever des poules | Races de poules | Maladies | Le poulaillerComportement | Les œufs | Faq | Livres | Accessoires poules | Tests poulaillers Omlet | Poulaillers modèles

 


Promo
Filet volailles non Electrifiable  112 cm 25...
441 Commentaires
Filet volailles non Electrifiable 112 cm 25...
  • pour poules, oies, dindons etc. ... également adapté aux agneaux
  • maille particulièrement serrée dans la zone inférieure du filet
  • hauteur 112 cm connexions soudées fil supérieur renforcé piquets PVC robustes et visibles

Poule's Club

Éleveuse familiale de poules depuis 2011, passionnée d'animaux et de nature, j'ai la chance de pouvoir allier mes connaissances en informatique à mes passions. Sur Poule’s Club, nous partageons avec vous l'expérience acquise au fil des années et les échanges que nous avons avec certains éleveurs professionnels. Je pense en particulier à Michel Audureau, qui a eu la gentillesse de nous transmettre son savoir.

Autres Cot Cot qui pourraient vous intéresser

2 Commentaires

  1. Bonjour Nina, il faudra continue à surveiller par la suite. Je croise aussi les doigts pour vous. Vous nous direz ce qu’il en est si vous le voulez bien.

  2. merci beaucoup pour cet article très bien détaillé qui nous a permis de comprendre ce qu’avait notre poule. Comme le stade est très peu avancé nous avons démarrer le traitement naturel et croisons les doigts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer