Accueil » Histoires de poules » Portrait de Diddaye, petite poule Pékin très particulière
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (5 avis - Note : 4,40 sur 5)
Loading...

Portrait de Diddaye, petite poule Pékin très particulière

rose-diddayeVoici le témoignage de Rose, qui avait rendu hommage à Pioute sa petite poule disparue en 2014 (voir son récit ici). Très peinée de la perte de Pioute, Rose a souhaité retrouver une relation similaire avec une autre petite poule. Diddaye est entrée dans sa vie en 2015, voici comment Rose réussit avec patience et douceur à communiquer avec Diddaye en mettant en place avec elle un apprentissage bien particulier.

NOTE POULE’S CLUB

Grâce à différentes études sur le sujet, on sait maintenant que les poules sont capables d’enregistrer et d’assimiler plusieurs dizaines de mots différents. Cependant, il est important de noter que chaque relation, chaque histoire est différente… et chaque poule aussi. En 2013, ma fille a appris à notre poule rousse Cannelle a tourner sur elle-même sur demande (voir la vidéo ici). De toutes nos poules, Cannelle a été la seule assez réceptive pour faire ce tour. Aucune des autres n’a été assez attirée par l’exercice. Il a fallu du temps pour que l’homme et le chien cohabitent comme ils le font aujourd’hui. Les poules ont d’autres besoins spécifiques liés à leur espèce, que les chiens n’ont pas. Répondre à ces besoins fait aussi partie du respect de l’animal élevé. La relation particulière qui s’est installée entre Rose et Diddaye reste malgré tout exceptionnelle et on ne pourra pas forcément la répéter, même si on le souhaite.  Elle relève de quelque chose d’indéfinissable, que finalement on ne maitrise pas. Complicité, confiance, amour… quels que soient les mots donnés à cette relation, elle découle aussi de l’histoire personnelle (du vécu), de Rose et de Diddaye… Voici donc Diddaye, racontée par Rose.

Adoption et éducation de Diddaye

J’ai fait la connaissance de Diddaye au mois d’avril 2015,  elle avait une semaine. J’avais décidé de revivre la belle histoire de 8 ans que j’avais vécu diddaye0avec Pioute qui m’avait quitté fin 2014. Cette poulette à laissé une empreinte douloureuse dans ma vie et il était pour moi impensable de ne pas renouveler l’expérience.
Je me suis donc mise en quête d’un poussin de race Pékin (race reconnue pour être proche de l’homme). J’ai patienté pendant quelques mois car la période de reproduction n’avait pas démarré.
Sur un site de petites annonces,  j’ai trouvé un couple de passionnés qui vendait des Pékins. Étant encore sur le coup du décès de ma Pioute,  je leur ai demandé s’ils accepteraient que je leur rende visite,  juste pour le plaisir de mêler à leurs poules. À la suite de cela,  j’ai réservé un poussin  qui allait prochainement naître en couveuse.
L’attente était longue,  tout était prêt à la maison pour recueillir celle qui allait être ma complice de maintenant.
Je suivais l’évolution des naissances avec impatience via Facebook. Mon poussin était né,  je ne savais pas encore lequel serait mon bébé.
Je me suis déplacée,  je suis entrée dans la « nursery ». Je voulais un poussin frisé,  six m’ont été présentés . J’ai approché ma main pour les caresser, cinq se sont dispersés sauf un, petit poussin couleur vanille  qui semblait être différent. J’ai tendu la main,  je l’ai caressé,  il a fermé les yeux ; je l’ai porté,  il s’est endormi dans mes bras. Mon choix était fait.
Je suis rentrée à la maison avec cette boule de duvet sur les genoux,  j’en étais déjà folle.
Cette petite créature se prénomme Diddaye,  poulette ou coq peu importait,  je m’étais faite à l’idée.
Diddaye s’est révélée être une poulette,  a grandi,  élevée aux câlins, avec beaucoup d’attentions.
Elle a appris à jouer comme un chat, je cachais mes mains sous une couverture en faisant des bruits,  elle essayait de les attraper,  faisait des bonds de puce et  piquait ce qui dépassait…
Je me comportais comme une maman poule,  lui montrais ce qu’elle pouvait manger avec le doigt ,  ce avec quoi elle pouvait jouer.

diddaye1 diddaye2

Communication et apprentissage

diddaye3Diddaye avait environ 3 mois quand j’ai compris qu’elle pouvait apprendre. Elle savait déjà piquer les objets que je lui montrais grâce au jeu,  j’ai donc essayé d’exploiter ce qui était déjà naturel chez elle. J’ai sorti le paquet d’emmental du frigo,  je me suis assise et je lui ai montré mes chaussures avec le doigt en faisant les petits bruits habituels (tic tic tic) et elle a piqué mes chaussettes. Je l’ai félicitée et récompensée,  elle a recommencé indéfiniment et finissait en tirant avec force.

La communication était passée , le lien ordre/action/récompense était assimilé, on pouvait donc aller plus loin.

La petite savait maintenant réclamer à manger en tirant sur les vêtements le plus naturellement du monde, c’était même devenu infernal car dès qu’on mangeait quelque chose,  une boule de plumes restait pendue à nos manches, bas de pantalon et tirait comme une furie.
Souhaitant que ma douce poulette s’exprime sur toutes ses envies,  j’ai décidé de lui installer une cloche à l’entrée de la cuisine (zone stratégique).
Elle savait tirer pour obtenir quelque chose ,  elle allait apprendre à faire sonner sa cloche !
Le système à été posé à sa hauteur dans un premier temps pour qu’elle comprenne et ensuite plus haut pour l’obliger à sauter afin de créer une secousse et un son. Le mot clé « tiiiire » lié à l’action de tirer à été assimilé rapidement.
Exercice rapidement concluant,  le harcèlement à recommencé à l’entrée de la cuisine.
Plus tard,  en regardant des vidéos sur le net,  j’ai vu que les poules étaient capables de sélectionner des objets permis d’autres. J’ai donc décidé d’exploiter cette faculté.

Voir l’apprentissage de Diddaye en vidéo :


J’avais confiance en Diddaye,  je savais que cette exercice allait être facile,  je l’ai donc compliqué volontairement en lui demandant de sélectionnerdiddaye4 deux couleurs à la voix. Test plus ou moins concluant puisque une poule cherche toujours le plus court et le plus facile. Une confusion s’est crée rapidement (mauvaise méthode).  Ma poulette piquait le rouge ou le bleu au hasard, sachant que si ce n’était pas la bonne couleur,  ce serait forcément l’autre (petite futée). J’ai testé une autre méthode :  cacher la mauvaise couleur quand elle faisait le mauvais choix, elle était donc obligée de revoir celui-ci puisque la récompense était liée à l’action de piquer sur la couleur demandée. J’ai ensuite fabriqué un portique avec système d’objets coulissants montés sur anneaux que je tiens à chaque doigt , je soustrais les objets qu’elle sélectionne par erreur en les remontant hors de sa portée, cela l’oblige donc à réfléchir au moyen d’obtenir la récompense. Cette fois ci, la compréhension est bonne et les progrès sont rapides.
Aujourd’hui,  grâce à une énorme complicité,  une forte communication,  ma jolie boule de plumes est capable de choisir 5 objets à la voix (quelques erreurs subsistent encore).
L’exercice est source de plaisir pour elle,  puisqu’elle est largement récompensée. Lorsque je prépare ses jouets (portique,  xylophone, camion à tirer etc..) ,  elle arrive en courant et se met en position avant que je sois prête.
diddaye6Pour obtenir une plus forte motivation,  j’attends qu’elle fasse sonner la cloche ou le grelot, me signifiant qu’elle a envie de quelque chose ou qu’elle a faim.
Quand je prends un verre de jus de fruit,  je lui demande » tu en veux ? « ,  je lui montre la brique,  elle pique celle-ci pour dire OUI. Cet apprentissage s’est fait très simplement en posant toujours la même question suivie d’une tape au doigt sur le contenant,  je lui donne donc une portion de ce qu’il contient (récompense).
Dès qu’elle souhaite quelque chose,  elle s’exprime en piquant ou faisant sonner tous les dispositifs installés pour elle.
La récompense est toujours précédée de félicitations orales,  sur un même ton jusqu’à ce que l’action soit complètement assimilée, ce n’est plus nécessaire ensuite.
La séance d’exercices dure en général 15 minutes,  la capacité de concentration d’une poule est assez faible et je n’insiste pas si je sens qu’elle n’est pas motivée pour ne pas risquer de la dégoûter. L’exercice se termine en général sur un enchaînement d’actions justes.

Au quotidien, une vie assez riche

Le matin,  petit déjeuner ensemble : je suis installée à droite ,  je lui tends mon pied,  elle monte dessus pour que je la hisse sur le tabouret de bar à madidday7 gauche,  attend sagement d’être servie dans son bol,  mange et boit,  essuie son bec sur le torchon que je lui tends sur ordre  (elle a appris en lui montrant au doigt).

Elle connaît de nombreuses expressions/mots et  est très attentive quand je m’adresse à elle. Je lui pose beaucoup de questions comme « tu veux sortir ?« ,  « tu as faim ?« ,  « qu’est-ce que tu veux ?« ,  « tu viens ?  » etc.

Lorsqu’elle souhaite monter sur mes genoux,  elle me pique le pied (pour faire l’ascenseur souvent) ou le dos pour que je lui laisse une place.
Lorsque je suis sur l’ordinateur, que je fais une manucure ou autre,  je lui propose mon dos en lui disant « monte » et dans l’instant qui suis, la voilà perchée sur mon épaule.
Je suis très attentive lorsqu’elle cherche à communiquer (surtout au début) car si je l’ignore,  je sais qu’elle n’y verra plus aucun intérêt puisque pas de résultats.
Cette petite poulette,  chose que je pensais impossible est extrêmement câline. Outre le fait qu’elle soit toujours très proche ,  je me mets à sa hauteur, elle vient volontairement se serrer contre moi et pose sa tête dans mon cou,  elle est quasiment en transe,  ferme les yeux et roucoule de plaisir. Je peux l’enlacer,  la serrer,  elle reste très longtemps ainsi.

Diddaye est une petite poulette qui n’a pas grandit,  elle est restée un grand poussin.

Elle joue toujours,  seule ou avec moi dans le jardin,  se cache dans mes cheveux et reste très dépendante. Je ne l’ai pas poussé à se débrouiller seule comme une mère poule le ferait pour rendre ses petits autonomes. À la place de cela,  nous avons établi un code pour que nous puissions nous comprendre puisque nous vivons ensemble.
Avec ma précédente poulette,  la relation était assez différente,  Pioute était collante et zen,  mais moins câline,  plus active et moins réceptive.

Sortie de Diddaye en vidéo :

Une capacité d’apprentissage et une intelligence insoupçonnée

Grâce à mes deux expériences passées (9 ans au total) avec deux super poulettes d’intérieur,  je suis convaincue qu’elles sont bien plus que de simples bêtes à plumes dans un poulailler. Elles sont capables de communication,  de prendre des initiatives,  de faire des choix.
Diddaye à un an maintenant, depuis poussin,  elle a appris par jeu et de fil en aiguille,  ses aptitudes naturelles de poule ont été utilisées pour permettre l’apprentissage.
Mon attitude à été similaire à celle d’une maman poule qui apprend la vie à son petit, adaptée à un environnement humain.
Le résultat :  une poulette extrêmement expressive,  affectueuse et un échange assez incroyable, j’en rêvais.

Aimez vos poules,  parlez-leur,  jouez avec elles,  bichonnez-les,  elle vous le rendront…

Rose

 

À propos Poule's Club

Éleveuse familiale de poules depuis 2011, passionnée d'animaux et de nature, j'ai la chance de pouvoir allier mes connaissances en informatique à mes passions. Sur Poule’s Club, nous partageons avec vous l'expérience acquise au fil des années et les échanges que nous avons avec certains éleveurs professionnels. Je pense en particulier à Michel Audureau, qui a eu la gentillesse de nous transmettre son savoir.

16 commentaires

  1. Waaw cette complicité est magique, bravo à toi !
    J’ai quelque questions…
    L’éleveur, n’a pas insisté pour que vous prenez 2 poussins ?
    Si saurai été un coq vous orrez fais comment ?
    Diddaye est propre ? Si oui comment lui avez vous appris ?
    Aurez-vous des conseils à me donner, à l’adoption d’une boule de plume ?

    Désoler de toute ces questions, j’ai l’impression d’être un flic lol

    L’aventure d’un boule de duvet à élever à la maison me tente beaucoup. Surtout la  » complicité  » qu’on peut avoir avec une boule de plume me fais rêver…

    • Bonjour. Desolée piur la réponse tardive, je ne reçois pas de notification. J’ai adopté Diddaye sachant qu’elle vivrait avec nous, seule. Je savais qu’a une semaine, je prenais le risque que ce soit un coq et je l’aurais accepté de la même façon.
      Ma puce n’est pas propre et je passe constament derrière elle. Je pense qu’elle aurait pu apprendre, j’avais d’ailleurs commencé en comptant les minutes entre chaque « dépose » et la posant à l’endroit dedié. Cela commençait à fonctionner, mais mon ami ne suivant absolument pas l’apprentissage, par manque de cohérence, je donc abandonné mais je reste persuadé que cela reste possible
      Pour la vie avec une poule, je conseille simplement une poulette naine de race familière comme Pékin, Serama, etc… C’est aussi plus aisé pour les inconvenients. La vie en interieur n’exclue absolument pas la necessité d’un jardin, elle doit sortir pour se depenser, manger de l’herbe, des insectes etc…Pour la vie à la maison, c’est pareil qu’un chat sauf qu’elle ne traine pas la nuit :-D. Diddaye dort sur une couverture, dans son panier ou dans un meuble fabriqué pour elle avec confort. Attention à la cohabitation avec d’autre animaux. J’ai eu la chance d’avoir une chienne formidable qui s’entendait bien avec ma précedente poulette Pioute, je pouvais les laisser ensemble sans crainte. Voilà, je ne sais pas si j’ai bien répondu à toutes ces questions, mais au cas ou, je suis joignable par mail via la chaine ou sont publiées les vidéos. 🙂

  2. Rose
    Je partage cet article émouvant et attendrissant sur mon mur comme je l ai fait pour tes vidéos
    C est formidable car tu donnes du courage et des idées aux autres qui voudraient se lancer
    Je vous embrasse Diddaye et toi
    Nath du groupe poules et autres coqs

  3. Bonjour

    Très sympa ce récit et ces vidéos.
    Je me demande si ce ne serait pas une bonne idée de lui offrir une petite compagne (un poussin, pas une adulte bien sûr) et de voir si elle lui apprendrait ce qu’elle sait.
    Cette petite poule toute seule avec sa maman humaine me laisse un peu dubitative.
    J’espère en tous cas que le jardin est hyper sécurisé, sinon Rose aurait du mal à se remettre d’une deuxième disparition.

    Bonne continuation à toutes les deux.

    • Merci. Diddaye vivant à la maison en permanence, il ne m’est pas possible de lui donner un compagnon. Elle nous suit partout, nous jouons dans le jardin et faisons des activités de poule ensemble . Elle est rarement seule car nous sommes en horaires décalés. Le jardin est clos de murs, elle est en sécurité. De plus, je déménage dans l’Aude dans deux mois, elle aura des copines, les poulettes de ma sœur. Elle rentrera à la maison tous les soirs comme d’habitude. Je fais au mieux pour que ma princesse soit heureuse

      • Bonjour Rose.
        Merci de m’avoir rassurée. J’ai pensé à quelque chose que tu ne lui as pas appris :

        http://www.litterkwitter.com/fr/

        C’est pour rire !

        J’ai habité 4 ans dans l’Aude dans un village pas loin de Castenaudary, près de Saint-Papoul qui possède une abbaye qui fut cathédrale du diocèse. Plein de lieux historiques dans l’Aude. Mais je préfère le Gers où j’habite actuellement.

        Longue vie à Diddaye et beaucoup de bonheur pour toutes les deux.

        • Merci et aussi pour le lien ! J’ai bien essayé d’apprendre à ma Diddaye le contrôle de son arrière train, mais mon compagnon (que je quitte d’ailleurs) n’a pas voulu s’embêter avec ça. Il faut etre très cohérent lors d’un apprentissage et j’ai du abandonner car lui, ne ne suivait pas les consignes. Pour l’Aude, je rejoins ma soeur, donc… Diddaye et moi allons vers une nouvelle vie et plus de soleil (et de vent )

  4. bravo
    je suis aussi passionnée de poules naines ( batam et hollandaise )
    j en ai trois et deux coqs

    une de mes poulettes couves 8 œufs de Hollandaise huppée
    j attend avec impatience
    elles est très intelligente et j ai hâte de voir les poussins

  5. félicitations elle est très intelligente et en plus elle est belle continuez ensemble pour passer des bons moment moi aussi j’ai 6 poules 4 nègres soie et 2 pekin frisées et 1 et particulièrement attachante et vient toujours chercher de caresse et mange dans ma main et quand je fais le poulailler elle vient avec moi

  6. Superbe….
    Rose à eu le temps de mettre en pratique ce dont je rêve (et pense tout à fait possible) depuis des années.
    Merci à elle de ce partage, et de prouver qu’une poule c’est loin d’être bête et qu’en plus ça vibre de bonheur dans notre cou 🙂

    Continuez toutes les deux ensemble sur ce beau chemin que vous avez décidé de tracer. Plein de moments de joie pour vous deux. Au plaisir d’une interview ? 🙂

    Gaëlle

  7. Jolie histoire de cette charmante petite poule.
    Continuez a nous ravir
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*