Cot Cot ! Poule's Club est en vacances du 1er au 31 août. Pendant cette période les commentaires seront désactivés. 

Le service client sera assuré par e-mail : service-clients@poules-club.com

Bonnes vacances à tous et rendez-vous le 1er septembre.

Comportement

Le picage entre poules, les raisons et comment y rémédier

Aucun picage entre ces poulesLe picage est un comportement naturel dans un groupe de poules.

Cependant, il est normal que les éleveurs familiaux débutants ou non, s’inquiètent de voir leurs poules se piquer sur la tête, s’arracher les plumes jusqu’au sang, ou encore se picorer le cloaque. On assiste également parfois à des simulations de combats.

Certains de ces picages, sont liés à la hiérarchie dans le groupe, d’autres à d’éventuelles déficientes alimentaires.

Nous allons évoquer tous ces points et voir comment les éviter ou au moins les diminuer si cela est possible.

Le picage lié à la hiérarchie dans le groupe

Il s’agit du picage le plus fréquent et le plus naturel : aucun propriétaire de poules ne peut  y échapper !

Pourtant, c’est aussi celui qui inquiète le plus car il peut conduire à des attaques agressives, provoquant parfois des blessures plus ou moins graves.

Je conseille souvent de ne pas intervenir dans ce type de comportement, lié à la mise en place de la hiérarchie. En intervenant on risque de la retarder et de créer encore plus de tension dans le groupe.

Cependant, Hervé Husson, m’a mise en garde contre le risque d’attaques conduisant à des blessures ouvertes. En effet, le sang excite beaucoup les poules. En cas de blessure ouverte, il y a le risque d’acharnement sur le sujet blessé. Cet acharnement pouvant conduire à la mort, il convient de surveiller la présence éventuelle de blessures trop importantes. Il faut dans ce cas, isoler la poule attaquée au plus vite, et la soigner.

La réintroduction dans le groupe après la guérison complète de ses blessures, se fera de préférence le soir au moment du coucher pour éviter les frictions de la journée.
Si les causes de picages sont liées à un manque de place, il faudra également remédier à ce problème pour éviter de nouveaux problèmes dans le futur.
Astuce Hervé Husson : Si la poule blessée est particulièrement agressée par une poule dominante, on peut aussi isoler cette poule quelques jours afin qu’elle perde son statut dans le groupe.

Dans la plupart des cas tout se passe bien

Mais rassurez-vous, dans la plupart des cas, s’il est mesuré et ne provoque pas de tension dans le groupe, ce picage n’ a rien d’inquiétant. Il est même primordial à l’équilibre futur du groupe.

Les poules du rang supérieur piquent celles du rang inférieur pour les remettre à leur place. Il peut avoir lieu lors d’une prise de repas, au moment de prendre sa place pour le coucher etc.

La hiérarchie peut être remise en cause dans le groupe, et le picage est donc un des moyens de l’affirmer.

Il n’est pas impossible que les coups de bec sur la tête continuent, même une fois la nouvelle hiérarchie mise en place. Il s’agit juste de quelques piqûres de rappel, qui ont surtout lieu au moment des repas et que les poules acceptent sans problème.

Il pose seulement problème, vous l’avez compris, lorsqu’il est excessif.

Si cela est le cas, il peut être indispensable de revoir les conditions de vie de vos poules pour les améliorer :

• multiplier les points de nourriture et d’eau ;

• agrandir leur enclos. Il est possible de le faire facilement grâce à la pose d’un simple filet › Le filet pour agrandir l’enclos de ses poules

Le picage lors de l’arrivée d’une ou plusieurs poules dans un groupe déjà existant

Lorsque vous introduisez des nouvelles poules dans un groupe déjà existant et déjà hiérarchisé, celles-ci représentent une menace pour les poules déjà en place.

Ces nouvelles poules, surtout si elles sont très jeunes, devront respecter les règles du groupe.

Le picage est donc un moyen de communication destiné à faire comprendre aux nouvelles ce qu’elles ont droit de faire et ne pas faire. Il a souvent lieu pendant la prise des repas (les plus anciennes mangent avant), et quand la distance entres les unes et les autres est trop rapprochée.

Au coucher, les nouvelles se voient très souvent rabrouées et priées de quitter le poulailler. Certaines, trop peureuses n’osent pas insister, mais une fois couchées, les anciennes finissent par les laisser entrer. Il s’agit vraisemblablement de comportements d’intimidation, destinés à affirmer un peu plus leur autorité.

Dans cette période d’adaptation, les coups de becs sont alors très fréquents pour un peu que les dernières arrivées ne respectent pas les règles du groupe.

Avec la mise en place de la hiérarchie, ces comportements diminuent au fil des jours et des semaines, comme nous l’avons vu plus haut. Les nouvelles finissent par comprendre ce qu’il leur est permis ou non, et les anciennes, par les accepter.

Le picage lié à d’éventuelles carences alimentaires

Le manque de calcium et de protéines peut pousser les poules à se piquer entre elles, voire à s’arracher les plumes.

On peut remédier à ce type de picage facilement en revoyant tout simplement l’alimentation : plus de calcium sous forme d’apport de coquilles d’huîtres écrasées qu’on trouve facilement dans le commerce ; de coquilles d’œufs pilées de préférence passées à l’eau chaude ou mélangées à un gâteau spécial poules par exemple.

Et plus de protéines en leur offrant des larves ou insectes séchés dont elles raffolent › Les insectes séchés pour nos poules.

Le picage pendant la mue et en cas de parasitage

Pendant la mue ou encore lors d’une perte de plumes due aux parasites, les poules ont tendance à arracher les plumes de leurs congénères.

Dans son livre La poule, Jean-Claude Périquet explique que si l’une d’entre elles arrache une plume d’une congénère et que celle-ci est gorgée de sang, le phénomène entraîne une excitation chez le groupe qui peut alors s’acharner sur la poule attaquée. Il en est de même lorsque l’attaque a lieu près du cloaque. Il y a des témoignages qui rapportent des cas de poules éviscérées par leurs congénères.

Dans ce cas il faut être vigilant et toujours isoler la poule qui vous semble le plus attaquée.

La mue demande un apport en calcium et protéines, on peut donc y remédier de la même façon que pour les carences alimentaires précédemment citées.

Certains compléments alimentaires existent pour aider les poules dans le renouvellement de leurs plumes, évitant ainsi les picages › Granuplume

En cas de parasitage excessif, les poules peuvent se piquer entre elles, tentant d’attraper les poux des unes et des autres. Un parasitage excessif n’étant jamais normal, il convient de traiter le groupe au plus vite, afin que tout rentre dans l’ordre.

Lire notre article sur les poux broyeurs afin de savoir comment traiter › les poux broyeurs.

Ce qui peut faire durer les picages

• Le manque de place

Le manque de place et la promiscuité créent inévitablement des tensions au milieu d’un groupe d’individus. Les poules ont besoin d’espace. Il est préconisé une superficie d’enclos d’au moins 20 m2 par poule. Ceci est bien sûr un minimum. Plus il y a d’espace, mieux c’est !

L’enclos doit être aménagé de façon à ce que chacune puisse s’isoler du groupe si elle le souhaite ; déambuler sans pour autant croiser les autres poules.

Ainsi, les picages seront moins répétés, moins violents, et chacune aura sa place.

• Votre intervention trop fréquente

Il est tentant de vouloir intervenir pour défendre ses poules. Cependant, même si cela peut vous sembler paradoxal, en agissant ainsi, vous ne faites que prolonger la période de picages.

En interférant dans la communication, vous empêcher les anciennes de faire passer leur message. Au final, cela perturbe les anciennes et les nouvelles.

Bien sûr, comme cela a déjà été mentionné, si une poule est blessée au sang et seulement dans ce cas, il faut alors intervenir et l’isoler au plus vite pour la soigner.

Pour conclure

Vous l’avez compris, le picage hiérarchique chez les poules est un comportement normal que vous ne pouvez pas empêcher. Si vous le faisiez, sans le vouloir, vous risqueriez de créer des tensions inutiles dans le groupe.

Les poules ont leurs propres moyens de communication que nous devons accepter en évitant des les interpréter avec nos sentiments humains. Ce qui peut nous paraître « cruel » ne l’est pas à leurs yeux. Il ne faut voir dans ce comportement aucune notion d’agressivité.

Par contre, il nous appartient de faire en sorte que ces picages ne soient pas excessifs à cause d’un environnement inadapté. Si c’est le cas, il faut réadapter en conséquence : agrandir l’enclos, multiplier les points de nourriture/eau, et éventuellement modifier la nourriture.

 

Noter cet article :
[Note moyenne : 4]
Tags

Poule's Club

Éleveuse familiale de poules depuis 2011, passionnée d'animaux et de nature, j'ai la chance de pouvoir allier mes connaissances en informatique à mes passions. Sur Poule’s Club, nous partageons avec vous l'expérience acquise au fil des années et les échanges que nous avons avec certains éleveurs professionnels. Je pense en particulier à Michel Audureau, qui a eu la gentillesse de nous transmettre son savoir.

Cot Cot qui pourraient vous intéresser aussi

35 Cot Cot sur “Le picage entre poules, les raisons et comment y rémédier”

  1. Bonjour,

    J’ai un coq de race « gauloise dorée », d’après les photos vues dans plusieurs revues. Il y a un an j’ai adopté une poule race « Gournay » avec 4 poussins devenus 4 poules. Tout se passait bien jusqu’à il y a quelques jours, où le coq s’est mis à piquer la poule mère. Celle ci s’isole, se perche pour échapper aux attaques du coq, et ne rentre plus au poulailler le soir.
    Que se passe-t-il ?

    merci pour votre aide !

      1. laissez moi d’abord vous féliciter et vous remercier pour votre rapidité de réponse !
        Non, pas de changement de comportement de cette poulette, c’est justement celui du coq qui pose problème.
        Nous allons attendre un peu, et étudier la situation. Par contre, il est difficile de ne pas essayer d’intervenir, ne serait-ce qu’en « grondant » le coq.

        merci encore !

          1. les 6 volatiles ont 1500 m2, ça devrait aller….
            nous allons étudier le groupe. ce qui nous étonne c’est que le coq s’en prenne à l’une des poules « seulement ». c’est rassurant pour les autres, mais c’est tout de même bizarre….
            merci encore en tout cas !

          2. Non, il se peut qu’elle lui pose problème. S’il la sent plus faible par exemple, elle peut représenter un danger pour le groupe… ce n’est qu’une hypothèse mais il vaut mieux surveiller.

          3. bonjour, bonne nouvelle, tout le petit monde cohabite de nouveau correctement !
            Elvis le coq a donné une leçon à Margret et tout est rentré dans l’ordre.
            Allez donc savoir….
            en tout cas je ne manquerai pas de revenir sur votre site bien sympathique !
            A bientôt, cher interlocuteur mystère, et encore merci !
            et bien le bonjour à tous les lecteurs.

  2. Bonsoir, J’ai 6 poules rousses de réforme depuis 1 an, 1500 m2 pour se dépenser toute la journée et un grand poulailler pour la nuit. Chic s’est blessée à la patte, je l’ai isolé car les autres la bousculait un peu mais sans plus, elle a pris des anti-inflammatoires et commence à marcher mieux. Elle a perdu du poids et a une fonte musculaire, mais son poids est stable : 1,5kg. Elle est vive, mange bien et pond. Je lui ai fait un petit parc extérieur pour la journée, visible par les autres et le soir je la rentre en premier dans le poulailler comme ça les autres ne la voient pas, et tout se passe bien. Mais quand je la lâche au milieu des autres, car Chic recherche leur contact, toutes l’attaque assez violemment, il arrive qu’elles soient 2 dessus à la piquer très fort. Avant elle était au milieu de la hiérarchie et nettoyait toujours le bec des autres. Dois-je continuer à intervenir ? Les autres font presque 2 fois son poids, j’ai peur qu’elles ne la tue, où dois-je laisser faire vu qu’il n’y a aucune amélioration suite à mes interventions pour l’évacuer et effaroucher les autres ? J’ai bien conscience que l’avoir isoler a été une erreur. Une autre de mes poules est morte le 24 mai, c’était leur souffre-douleur et elle n’a jamais récupérer de l’enfer des cages, les 2 évènements peuvent-ils être liés : décès de Ken et besoin d’un autre souffre douleur ou le fait de l’isoler a-t-il conduit à cette violence ? Merci pour votre réponse et vos guides très complets.

    1. Bonjour Géraldine, non je ne pense pas qu’il y ait besoin de leur part d’avoir un souffre douleur. Juste une nécessité de hiérarchie bien établie et d’évincer les individus faibles du groupe.
      Comme vous avez pu le lire déjà dans mes écrits, je crois qu’l faut en effet éviter d’intervenir, et les laisser gérer les bons moments de rencontre.
      Par exemple la lâcher au milieu du groupe ne me semble pas une bonne idée.
      Avez-vous essayé d’ouvrir le grillage et la laisser aller seule à son rythme à la rencontre des autres ? tout doit se faire petit à petit et surtout naturellement, c’est-à-dire à leur façon à elles 🙂
      Il faut bien sûr observer ce qui se passe et ne rien faire tant que les picages n’engendrent pas de blessures ouvertes avec du sang. Je sais que cela peut être difficile mais c’est toujours un mal pour un bien et pour aider Chic a retrouver sa place dans la hiérarchie. Pour finir, ce qui peut vous sembler violent en tant que être humain, ne l’est pas forcément dans le langage poules 🙂

      ————————————————————

      Isabelle Goriaux

      AUTEUR DE : Le Guide Poule’s Club – Régler les problème de ponte chez ses poules pondeuses – Soins des poules, prévention et petits remèdes naturelsLe petit guide de la découvaison

      1. Bonjour Isabelle,

        J’ai peut-être trouvé la parade.
        Ce matin j’ai lâché Chic, démonté son parc et décidé de laisser faire en ayant quand même un œil dessus. Elle récupère très bien de sa blessure et commence à gratter.
        Chic se mêle aux autres, ne s’approche pas des mangeoires, et pour l’instant je la nourris en cachette, le temps qu’elle galope à nouveau.
        J’ai décidé d’isoler les plus agressives : Rock et N’roll (ça c’est du nom de poules de compèt’ !), en les plaçant de quelques minutes à 1/2 h, après des attaques, dans une grande cage auprès des autres.
        Cela semble marcher, quand elles ressortent elles sont beaucoup plus calmes.
        Donc je m’en mêle, alors qu’il ne faudrait pas…
        Merci, bonne soirée.

        1. Bonjour Géraldine, vous avez raison de tester d’autres solution 🙂 Rien n’est jamais figé et quand une situation ne fonctionne pas, il faut en essayer d’autres… à suivre donc 🙂

          ————————————————————

          Isabelle Goriaux

          AUTEUR DE : Le Guide Poule’s Club – Régler les problème de ponte chez ses poules pondeuses – Soins des poules, prévention et petits remèdes naturelsLe petit guide de la découvaison

          1. Bonsoir Isabelle,

            Il semble que quand je n’y suis pas cela soit moins pire que prévu. C’est surtout au niveau de la nourriture que tout se passe. Donc : lancer de cerises et récupération de Chic pour gavage ou presque. Car dès que j’interviens cela dégénère. Je vais donc faire juste une « supplémentation protéinique » (joliment dit) pour qu’elle prenne du poids; et puisse commencer à gérer les agressions.

          2. Bonjour Géraldine, en effet, comme je vous l’avais dit, plus on intervient dans leur communication, plus cela pose de problèmes. C’est comme si le message passé n’arrive pas… et du coup Chic ne sait pas ce qu’elle doit faire.
            En les laissant communiquer entre elles, à leur manière, on leur permet d’instaurer leur hiérarchie.
            Il nous faut juste accepter cette façon de faire et ne pas l’interpréter avec notre ressenti humain 🙂
            Car, encore une fois, ce qui parait « violent » à nos yeux, ne l’est pas pour elles 🙂

  3. Bonjour, j’ai 3 poules naines dont une qui a couvé et elle a un poussin de +/- 3 semaines (ils sont isolés des autres poules).J’ai eu la possibilité d’avoir un autre poussin du même âge que je voulais ajouter à la poule et son poussin, je l’ai mis sous la poule en soirée, ma poule s’est laissé faire, l’autre poussin était avec le nouveau sous la poule, j’ai attendu, tout se passait bien, j’ai été revoir plusieurs fois dans la soirée, pas de problème, et même une dernière fois quand il faisait bien sombre, tout était bien.Au petit matin, je vais les voir, le petit nouveau est sous la poule et l’autre se balade.Mais quand la poule a bougé, l’horreur, le petit nouveau, une bonne partie de la tête nue, ainsi que l’arrière du cou !!!Et dés qu’il a bougé, la poule a voulu le piquer …je l’ai vite retirer et isoler pour pouvoir le soigner.Que sait il passer? Pourquoi le petit restait sous elle malgré la cruauté de la poule? Quels sont les soins les plus appropriés ?Là j’ai mis de l’isobetadine, cela a l’air d’aller beaucoup mieux, je l’ai mis sous la lampe chauffante.Il mange et boit ,et bouge déjà un peu plus (l’incident s’est passé cette nuit).

    1. Bonjour Marie-France ajouter un poussin à une poule couveuse ne peut se tenter que lorsque que les poussins ont 1 ou 2 jours… 3 semaines ce ne sont déjà pratiquement plus des poussins.

      La poule a réagi normalement. Le petit est un intrus et peut être dangereux pour elle et son poussin.

      Quand au poussin il est resté car il a encore besoin de chaleur… il n’a pas trop le choix.

      Vous avez fait ce qu’il faut faire, s’il n’a pas de blessures internes, il devrait grandir normalement.

      ————————————————————

      Isabelle Goriaux

      AUTEUR DE : Le Guide Poule’s Club – Régler les problème de ponte chez ses poules pondeuses – Soins des poules, prévention et petits remèdes naturelsLe petit guide de la découvaison

      1. merci de votre réponse, non il n’y a pas de blessure interne!!! Heureusement, la peau se cicatrise deja trés trés bien et il est de nouveau en pleine forme.Il est sous lampe avec une peluche qu’il prend pour sa mére car il se met dessous lollll

          1. Oh oui il s’alimente trés bien, il a repris du poil de la bête!!! lolll
            J’ai mis le poussin que j’avais déjà avec lui (je pense que c’est mieux pour lui non?) celui ci avait déjà appris bcq de chose avec la poule,et mon petit l’imite dans tout ce qu’il fait, c’est amusant de les regarder.et ils s’endorment à deux sous la peluche!Le blessé est un bantam de pékin frisé et l’autre un sabelpoot.Quand ils seront prêts pour le cour des grands, arriver à deux sera mieux je pense.

          2. Bonjour, Voilà mon poussin s’alimente trés bien, boit également, trés actif avec son compagnon mais je m’inquiète pour son cou.
            Il y a comme des boursouflures jaunatres par endroit, j’avais jusqu’à présent mis une pommade cicatrisante .Ici quand j’appuie légérement , il y a du liquide qui s’échappe, sans doute de l’infection, d’ou j’ai badigeonné avec du betadine et mis une pommade antiseptique.Est ce suffisant ??A part ça, il est en pleine forme.merci de votre aide et conseils.

          3. Bonjour, oui c’est suffisant. Il faut maintenant voir si cela cicatrise bien. S’il vous semble en pleine forme, il n’ y a pas de raison :). Comme j’ai déjà dû vous le dire, l’alimentation est également l’assurance d’une bonne croissance et bonne santé 🙂

            ————————————————————

            Isabelle Goriaux

            AUTEUR DE : Le Guide Poule’s Club – Régler les problème de ponte chez ses poules pondeuses – Soins des poules, prévention et petits remèdes naturelsLe petit guide de la découvaison

  4. Bonsoir,j ai deux poulettes, Marine et Gazelle.Marine la noire et Gazelle une rousse.
    Depuis quelques jours Gazelle s approche près de moi et essaye de picqueter le pied.
    Elle a réussit déjâ une foi.
    Marine fait sa vie.
    Je vais souvent les voir sans pour autant rentrer dans.leur 15m2 de poulalier.
    Je souhaite savoir pourquoi elle agit comme cela et comment faire pour la suite.
    De plus elle ne pond plus depuis 2 jours.
    Hypothese de mon mari: vu que je suis indisposé elle le sent et devient agressive.
    Merci pour vos reponses

    1. Bonjour Aurélie, je ne pense pas que cela soit dû à votre état. Par contre, 15m2 d’enclos c’est vraiment petit pour deux poules. Le manque d’espace, la promiscuité, peut créer du stress et de la tension. Je vous encourage à agrandir l’enclos de vos poules pour leur offrir au moins 40 m2 pour elles deux, idéalement plus afin d’avoir toujours de l’herbe.

      ————————————————————

      Isabelle Goriaux

      AUTEUR DE : Le Guide Poule’s Club – Régler les problème de ponte chez ses poules pondeuses – Soins des poules, prévention et petits remèdes naturelsLe petit guide de la découvaison

  5. Bonjour,
    C’est avec de la détresse que je m’adresse à vous. Ce weekend, deux poussins sont nés. Un des deux est mort, on ne sait pas pourquoi. Deux poules, une noire, une blanche(negres soies) couvent en même temps, dans des bacs cote à cote. La noire a eu les deux poussins, la blanche ,’a encore rien. Elles sont toutes les deux agressives avec le poussin. Je me demande d’ailleurs si elles n’ont pas tué l’autre. La noire, sa mère, le prend par le bec, le jette, il a déjà saigné. La blanche, dès qu’elle l’entend se promener, fonce dessus, ailes ouvertes et le pique aussi. J’ai parfois l’impression qu’elle veut le « voler » à la noire. Aujourd’hui, elles se sont battues, le petit entre elles, qui au passage, se ramasse des coups aussi. En entendant ce vacarme, une autre, mère depuis deux mois, est elle aussi venu piquer le poussin!!! J’ai peur qu’elles le tuent.

    Que puis je faire?

    Font elles ça parce que chacun croit que c’est son poussin?

    Devrais-je l’isoler?

    Merci d’avance pour votre réponse que j’attends avec impatience.

    Séverine

    1. Bonjour Séverine, le mieux est toujours d’isoler les poules couveuses. Donc là, oui l’urgence est de séparer les deux poules. Il est probable oui que la blanche est tué un des poussins. Les mères protègent leur propre couvée, tout ce qui est autour représente un danger, c’est pourquoi les couveuses ont besoin d’être isolées.

      ————————————————————

      Isabelle Goriaux

      AUTEUR DE : Le Guide Poule’s Club – Régler les problème de ponte chez ses poules pondeuses – Soins des poules, prévention et petits remèdes naturelsLe petit guide de la découvaison

  6. Bonjour

    Je trouve vos explications claires et bien précises.
    Nous venons d acheter un poulailler 150/121/140 avec petit enclos nous n avons qu un petit jardinet mais nos 3 poules (achats prévus ces jours prochains) auront leurs sorties chaque jours quand nous serons présents, en tout cas au début, le temps d’etre rassurés. Je n ai pas de soleil en décembre et janvier par contre plein soleil pour leur espace le reste de l année: par quoi je peux compenser l herbe qu il y aura peu à cette époque et quelle race de poules pondeuses me conseillez vous? Merci de vos conseils

    1. Bonjour merci à vous. Les sorties seront indispensables ne serait-ce que pour leur bien-être :). Vous pourrez donner de la salade, du cresson, et autres légumes verte mais l’herbe reste indispensable.
      Je vous invite à lire cet article : http://poules-club.com/plus-dherbe-dans-lenclos-de-mes-poules-que-faire/
      Il vaut mieux dans ce cas accueillir 2 poules au lieu de 3.
      Pour la race des pondeuses, je vous invite à lire cet autre article : http://poules-club.com/les-races-de-poules-pondeuses/

  7. Bonjour,
    J’ai un petit groupe de 7 poules, récupérées d’élevage, depuis 1 an . Au tout début, cela se castagnait un peu, mais la hiérarchie s’est mise en place, et il n’y avait plus aucun problème, elles ne se piquaient même plus. Depuis un bon mois, ça sent le stress : ça se pique, ça rouspéte et ça se blesse. 4 d’entre elles ont le cloaque en sang, et les 3 autres sont nickel. Ce soir même j’ai prévu une séparation : les 4 blessées d’un côté, le 3 « normales » de l’autre (avec LA dominante du groupe), le temps que ce ptit monde cicatrise. Est ce une bonne idée ?
    Autre chose sûrement corrélée : nous avons changé l’alimentation depuis environ un mois (ça correspond a peu près au début des problèmes). Avant c’était des granulés, maintenant c’est de l’aliment complet avec maïs, blé, orge, dari roux/blanc, pois vert, avoine, coquilles d’huitres, lin et sarrazin. Et nous avons remarqué que beaucoup de nourriture se retrouvait par terre, non mangée. Ça me parait être le monde à l’envers ! Je ne sais pas si je dois revenir à l’ancien aliment, qui me paraissait vraiment bof a l’aspect mais peut être mieux pour elles ? En tour cas je pense que ce changement d’alimentation est clairement lié à ce changement de comportement car avant il n’y avait vraiment pas de problème. Et bien sûr le taux de ponte a bien diminué (ça doit tellement leur faire mal de pondre avec ces blessures 🙁 ). Avez vous des conseils pour m’aider à régler ce problème svp ?

    1. Bonjour, si les blessures saignent oui, les séparer semble judicieux. Il est important qu’elles continuent à se voir pour ne pas perturber plus le groupe lorsque vous ouvrirez la séparation.

      Il faut quelquefois de temps pour qu’elles s’habituent à un autre aliment. Il arrive que les poules habituées aux granulés mettent du temps à accepter une autre alimentation. Votre mélange me semble correct. Mais si elles ne mangent pas tout, il se peut qu’il y ait des carences ce qui peut entraîner des changements de comportements.

      Ont-elles toujours été 7 ? Avez-vous accueilli certaines d’entre elles récemment ce qui aurait diminué leur espace ?

      Personnellement, je les réintroduirais doucement lorsqu’elles seront guéries et patienterait un mois de plus avec la même alimentation pour voir. Il faudra aviser ensuite.

      1. Bonjour 🙂 merci pour vos conseils !!
        Oui c’est ce que j’ai pensé, du coup nous avons laissé un pan de grillage pour qu’elles puissent se voir et continuer de communiquer. Elles sortent dans le jardin la journée je pensais faire un groupe 1 jour sur 2 ? (Même si elles n’accèdent pas au jardin elles ont acces à un parcours fermé pour qu’elles puissent sortir à l’air libre quand on est pas là.) C’est pas top pour le groupe qui ne sort pas quand l’autre sort mais comme elles se piquent le cloaque même quand elles ont tout l’espace du monde pour s’occuper à autre chose, je préfère ne pas prendre de risque. Et puis ça ne prive personne comme ça en soi, tout le monde sort, mais chacun son tour.

        Pour les carences, c’est le premier truc qui m’est venu à l’esprit país je ne vois pas lesquelles. Elles ont l’aliment + du grit + elles sortent 5 à 7 jours par semaine…de quelle carence pourrait-il s’agir ?

        Oui elles sont toujours été 7, elles sont arrivées toutes en même temps, il y a 1 an. Par contre la hiérarchie à changé.

        Ok pour l’alimentation, je me disais aussi qu’on allait faire une chose à la fois : déjà que les blessures guérissent et ensuite on verra l’aliment (et je les ai vues elles le mangent quand même, mais elles en mettent VRAIMENT partout. Je pense changer de mangeoire pour voir si l’origine de cet éparpillage n’est pas là 🙂

        1. Effectivement, l’important est qu’elles ne se piquent plus. Et la situation est temporaire.
          Pour les carences, si elles mettent de côté certains aliments, il peut s’agir de carences en calcium et/ou protéines.
          Vous dites que la hiérarchie a changé ? cela date du changement d’alimentation aussi ?
          Ok pour la mangeoire mais il est fort possible qu’elles fassent le tri pour le moment.

          Autre chose de quel espace herbeux disposent-elles pour 7 ? il se peut aussi qu’un bout de 1 an, certaines carences apparaissent dues au manque de ressources naturelles et créent des tensions dans le groupe : les dominantes ont accès aux meilleures ressources en priorité et s’il n’ y en a pas assez les autres sont rabrouées.

  8. J’ai trois poules de plus d’un an et meme une plus ancienne de deux ans, j’ai acquis quatre petits poussins que j’ai mis en cage en attendant qu’ils deviennent des poulettes
    les anciennes venaient picorer autour de la cage et comme cela elles faisaient connaissance
    Maintenant, un mois après je les ai libéré et les anciennes ont commencé à vouloir les attaquer, mais je les ai sermonner et maintenant tout semble à peu près bien, j’ai agrandit le poulailler et comme je vis dans les DOM, mes poules vivent dehors toute la journée, elles ne rentrent que pour dormir
    Tout ce passe bien, il n’y a que le soir où j’ai du mal à faire rentrer les jeunes dans le poulailler, je leur ai fait une entrée séparée pour le moment, mais je suis obligé de les accompagner jusqu’à l’entrée, après je ferme et le lendemain elles sont les premières à etre dehors,
    c’est super

Laisser un commentaire

Close